Le zébu de Madagascar

Le zébu, un emblème national de Madagascar

Vanille, cacao, miel, plurielle de plantes endémiques… Madagascar est une terre qui éveille curiosité et émerveillement perpétuel par la richesse de ses ressources. Si l’île est connue pour la variété de sa flore, sa faune également ne vous laissera pas indifférent, avec autre symbole de richesses : le zébu. Il n’est pas qu’un simple animal, mais le symbole d’une culture millénaire, d’une histoire mouvementée et d’un savoir-faire exceptionnel.

L’histoire du zébu malgache

Introduit à Madagascar il y a près de 2 000 ans, probablement par les premiers migrants colonisateurs de l’île venant de l’Indonésie et de l’Afrique de l’Est, le zébu (ou omby en langue locale) est originaire de la péninsule indienne où il a été domestiqué il y a environ 8 000 ans. Il s’est adapté au climat tropical et aux conditions difficiles de la région, et a joué un rôle essentiel dans la survie et le développement des populations locales. C’est ainsi qu’il est devenu un animal sacré et un signe de richesse.

Il a accompagné les migrations et les conquêtes des différents royaumes Malgaches qui en ont fait un animal sacré et un signe de richesse. Cette place importante au sein de la communauté lui a valu des intérêts calculés des puissances étrangères comme le Portugal, l’Angleterre ou la France pour l’exploitation de ses ressources ou son assimilation à leur religion pour la conversion plus facile des malgaches. Son implication dans les conflits humains ne s’arrête pas là, car il a aussi été au centre de la guerre des Menalamba opposant les royaumes du centre aux colons français au XIXe siècle et temoin de la résistance et de l’indépendance du pays, comme lors du soulèvement de 1947, où les rebelles utilisèrent des cornes de zébu comme armes.

Aujourd’hui encore, il représente un symbole fort dans la vie des Malgaches qui lui vouent un respect et une admiration sans égal.

La culture du zébu à Madagascar

Le zébu est omniprésent dans la culture malgache. On le retrouve dans la dynamique communautaire de l’île où il fait partie intégrante des rites et des traditions. Il est :

• sacrifié lors des cérémonies funéraires, comme le famadihana (le retournement des morts), où il permet de communier avec les ancêtres et de renforcer les liens familiaux,

• offert lors des cérémonies nuptiales, comme le vodiondry (le prix de la fiancée), où il symbolise l’alliance entre deux clans.

Il sert aussi de monnaie d’échange, de dot, de cadeau ou de tribut. Source principale de viande, de lait et de cuir, il est également utilisé comme animal de trait pour labourer les champs ou transporter les marchandises, ce qui en fait un élément essentiel de la vie sociale et économique.

Enfin, vecteur d’expression artistique et sportive, cet animal emblématique inspire les sculpteurs, les peintres, les musiciens ou les poètes qui le représentent sous diverses formes. Vous pouvez aussi le retrouver dans des jeux traditionnels, comme le fandroana (le bain royal) où il est lavé et paré pour honorer le souverain, le fandresena (la lutte traditionnelle), où il est opposé à un autre zébu dans un combat singulier, ou le savika (la tauromachie locale), où il faut s’agripper à sa bosse le plus longtemps possible.

Les produits locaux issus du zébu à Madagascar

Le zébu est un animal qui ne se perd pas. De sa chair à sa corne, en passant par sa peau et ses os, tout est utilisé pour fabriquer des produits locaux variés et originaux.

La corne de zébu est un matériau noble et durable, qui rappelle l’ivoire. Elle est façonnée de manière artisanale par des cornetiers où elle est découpée, chauffée, modelée et polie afin de créer des objets du quotidien ou des parures féminines. Que ne pouvez-vous pas obtenir à partir d’une corne de zébu ? Cuillères, plats, porte-savons, pipes, coupes enveloppe, tout y est ! Obtenez aussi des peignes, des colliers, des bagues, des talismans ou des pendentifs en corne de zébu.

La peau de ce trésor national est également exploitée pour la production d’un cuir de qualité. Elle est tannée, teintée et cousue afin de confectionner des objets en cuir, tels que des portefeuilles, des sacs, des ceintures ou des chaussures. Avez-vous entendu parler du miel de Madagascar ? Eh bien, il existe également une variété de ce produit exotique obtenu par la pollinisation des fleurs des pâturages du bovidé. Ce dernier peut aussi permettre la fabrication du fromage à partir de son lait ou de la bière.

D’autres produits locaux sont dérivés du zébu, comme le miel d’élevage (produit par les abeilles qui butinent les fleurs autour des pâturages), le fromage (fabriqué à partir du lait de zébu) ou la bière THB (qui signifie Three Horses Beer et qui représente trois zébus sur son logo).

Apport dans la santé et l’environnement

La viande de zébu est riche en protéines, en fer, en zinc, en vitamine B12 et pauvre en graisses saturées et cholestérol, ce qui la rend plus saine que la viande de bœuf. Elle contribue à prévenir l’anémie, à renforcer le système immunitaire et à favoriser la croissance musculaire.

C’est aussi un animal respectueux de l’environnement. Il émet moins de méthane que le bœuf, ce qui réduit son impact sur le réchauffement climatique. Il consomme moins d’eau et d’aliments que ce dernier, diminuant la pression sur les ressources naturelles et favorisant la biodiversité en entretenant les prairies et en attirant les pollinisateurs.

Comment se procurer des produits locaux à base de zébu ?

Si vous êtes séduit par le zébu et cuir de zébu, vous pouvez choisir parmi une gamme variée de produits en corne de zébu ou en cuir de l’animal, qui vous séduiront par leur originalité, leur élégance et leur durabilité. Vous pouvez aussi opter pour des produits alimentaires dérivés, comme du miel, du fromage ou de la bière, qui vous feront découvrir les saveurs authentiques de Madagascar.

Par l’achat de ces produits locaux, vous apportez un coup de pouce au développement durable et solidaire de la Grande île et soutenez les éleveurs et les artisans malgaches, qui vivent de leur travail et qui préservent leur patrimoine culturel.

Le zébu